Incontestablement, la finance a accompagné le développement de l’économie réelle entre la révolution indus-trielle et la fin des Trente Glorieuses. Elle été un facteur de progrès – économique, social, technique – et d’innovation : elle a contribué à dynamiser l’emploi, élever les niveaux de vie et accélérer le développement de nos sociétés. Aujourd’hui, la finance mondiale pèse, selon les estimations de l’économiste Patrick Artus, 400 000 milliards de dollars tandis que le PIB mondial s’élève à 90 000 milliards de dollars. Dans la zone euro, le total du bilan des banques est équivalent à 3,46 fois le PIB global de la zone. Le seul secteur bancaire des pays développés représente, quant à lui, 100 000 milliards de dollars, soit un chiffre supérieur à une année mondiale de production. Sans compter le poids du « shadow banking » (financement non bancaire) que le Conseil de Stabilité Financière a évalué à 52 000 milliards de dollars en 2017, soit près de 13,5% du total des actifs financiers internationaux…

Pour en savoir plus