Groupe de discussion « Quelles chroniques du renouveau ? »

90149865_3070145453008397_5191455403082252288_o

Une initiative de

Le monde d'après, oui, mais comment ? Synthèse du groupe de discussion « Quelles chroniques du renouveau ?

Face à la crise sanitaire, le Comité 21 a décidé d’ouvrir un groupe de discussion « Quelles chroniques du renouveau ? » sur Facebook dans la perspective de la publication finale de notre rapport « La Grande Transformation », le 6 mai, le Comité 21 et sa présidente, Bettina Laville, ont réalisé une synthèse des réactions de ce groupe pour nourrir les initiatives de l’après autour de cinq remarques qui nous
paraissent devoir structurer l’avenir :

  • 1- Prendre la mesure de l’ampleur de la crise économique qui s’annonce et la nécessité de décliner ensemble deux crises systémiques, l’une de court et moyen terme, due au Covid 19, l’autre, de long terme, environnementale. Une révision des ODD est indispensable, une révision du Green Deal aussi, pas à la baisse, mais à la hausse.
  • 2- Surmonter la division des acteurs encore une fois sur la temporalité : faut-il construire le monde d’après, par une relance verte, en même temps que les mesures économiques de soutien, ou bien faut -il assurer la survie immédiate des agents économiques et des ménages et poser ensuite les fondements d’un nouveau monde ?
  • 3- Se mobiliser pour que la durabilité (soutenabilité comme dirait France Stratégies, après d’autres…) inspire tous les plans de relance, français et européens. Au-delà des conditionnalités, ce sont les investissements qui doivent être dirigés vers la transformation du modèle économique. Comme le dit Philippe Dessertine, le président de notre Comité de prospective, il faut construire le monde d’après pour que l’ancien s’efface, et non pas détruire le monde d’avant en y laissant nos forces.
  • 4- Réformer notre système institutionnel pour qu’il soit au service du bien commun, avec une définition de ce bien commun. Ce confinement a permis de retrouver le fil de l’essentiel, incarné par les soignants, les personnes qui assurent justement les services essentiels, le goût de la nature, la nostalgie des autres, la solidarité. C’est au crible de ces valeurs qu’il faut réinventer les services dédiés au bien commun.
  • 5- Considérer le numérique, et l’IA (lesquels nous ont permis d’assurer une partie de la continuité de l’activité économique) comme un moyen d’assurer le bien commun, sans en faire le fondement d’une civilisation techniciste ; une énorme réflexion s’impose là-dessus, y compris sur son aspect environnemental et social. »

Edito

Suivez nous