Bâtiment et neutralité carbone. Synthèse

Session 4 – Bâtiment et neutralité carbone

 

Webinaire organisé par Construction 21

Animé par Veronique Pappe, directrice de Construction 21

Avec la participation de :

  • Laurent Rossez, président de Novabuild, dirigeant associé d’AIA Life Designers
  • Julien Hans, directeur Energie-environnement au CSTB
  • Marc Campesi, architecte, fondateur Diagonale Concept 

Quelques éléments de cadrage : Premier secteur émetteur de gaz à effet de serre, le BTP a amorcé sa transformation vers la neutralité carbone. Mais si de nombreux professionnels pionniers ont déjà inventé des solutions innovantes, performantes et accessibles, beaucoup reste à faire pour opérer un véritable changement d’échelle.

La feuille de route de la Global Alliance For Building and Construction (GABC) fixe l’objectif zéro carbone en 2050. L’effort porte sur trois parties à peu près équivalentes : l’enveloppe, l’énergie et les matériaux. Pour les bâtiments eux-mêmes : 22% porte sur les bâtiments à énergie positive c’est-à-dire le neuf principalement dans les pays en développement (doublement de la superficie d’ici 2050), et 15% sur les rénovations profondes dans les pays développés (en France où le taux de renouvellement du parc immobilier «résidentiel» est voisin de 1%/an). Les autres composantes sont l’approvisionnement énergétique bas carbone par des énergies renouvelables pour 30%. Également, plus de la moitié des matériaux utilisés devraient être bas carbone pour permettre de réduire de 33% les émissions du bâtiment.

Ces objectifs impliquent une territorialisation de l’approche, une adaptation fine de la conception aux conditions climatiques et géographiques locales, des réhabilitations du bâti y compris vernaculaires, la mobilisation locale des énergies renouvelables et le développement des filières de matériaux traditionnels bio matériaux et de matériaux issus du recyclage.

Le bâtiment, neuf ou réhabilité, doit être centré sur l’occupant, dans une approche systémique qui intègre l’ensemble des composantes. 

Ce webinar a abordé 3 questions qui concentrent les principaux enjeux au travers d’un cadrage global et d’exemple concrets.

  • Rénovation thermique : comment rénover d’ici 2050 le parc existant à un niveau BBC ?
  • Energie : comment faire pour atteindre une consommation énergétique visant le zéro dans le neuf ?
  • Bas carbone : comment diviser par 2 la production de GES de la filière construction d’ici 10 ans ?

POUR LA SUITE

Sur quel levier agir prioritairement pour rénover le parc existant de bâtiments d’ici 2050 ?

Les techniques sont disponibles mais les approches demandent à être encore largement renouvelées Les intervenants ont souligné principalement le besoin d’adopter une approche systémique afin d’indiquer clairement au maître d’ouvrage et aux futurs usagers les co bénéfices associés au projet de rénovation bas carbone. Pour cela, les professionnels doivent sans doute apprendre à élargir le cadre au-delà de la technique et de seule problématique de rénovation . Trois facteurs de blocage demandent à être traités : donner envie, rendre les processus faciles pour les maitres d’ouvrage et enfin préparer l’offre de la part des professionnels pour faire face à une demande accrue.

Les indicateurs demandent à élargir leurs perspectives pour mieux donner à voir les avantages attachés au bâtiment bas carbone : par exemple, la création d’ emplois, l’augmentation de la valeur du bâtiment.

Plus généralement, et pour conclure sur ces perspectives élargies, il est important de donner de la valeur au service rendus aux usagers par la construction bas carbone. Cela permettrait d’embarquer plus largement le processus de décision, essentiel pour faire face aux enjeux actuels.

Suivez nous