Accélérer la transition vers l’économie circulaire. Synthèse

  •  

Session – 3 Accélérer la transition vers l’économie circulaire

Animée par Denis COCCONCELLI, directeur du CIRIDD et quatre intervenants de qualité :

Séverine Cachod, accompagnatrice EFC à Immaterra

Emeline Baume, élue de la Métropole de Lyon

Elise Marcandella, maître de conférences à l’Université de Lorraine

James Pédron, chef de projet au CIRIDD et animateur du club CLEF

 

Quelques éléments de cadrage : Sobriété, résilience et plus grande autonomie : l’engagement des territoires et des entreprises dans l’économie circulaire,

 

Dans notre quête de résilience, il faut favoriser une économie plus efficace, qui encourage des circuits courts, qui favorise la création d’emplois non délocalisables, qui soit fondée sur la préservation des ressources matérielles et énergétiques et qui contribue au bien-être des individus. Il faut aussi développer une saine forme d’autonomie à l’égard de certaines chaînes d’approvisionnement mondialisées, notamment lorsqu’elles font intervenir des ressources critiques et essentielles.

 

C’est ce que propose l’économie circulaire. Ce modèle économique a le potentiel de diminuer drastiquement nos besoins en matières premières en les préservant au maximum, et le plus longtemps possible, la valeur des produits et de leurs composantes qui circulent déjà dans le marché ou qui y sont stockés de manière improductive. Ainsi, selon des méthodologies et des leviers concrets, l’économie circulaire s’attaque aux 90% des ressources actuellement non circularisées qui entrent annuellement dans notre économie. Ce faisant, elle réduit les GES liés à l’extraction, la transformation et la production de nos biens de toute sorte, de même que les impacts sur les écosystèmes naturels. De plus, plusieurs des modèles qu’elle porte, comme l’économie de la fonctionnalité et de la coopération, la réparation et le prolongement de la durée d’usage, la symbiose industrielle, ou encore la commande publique responsable, favorisent un développement économique local et responsable, faisant de la proximité des chaînes de valeur un facteur clé de performance, de création et de préservation d’emplois.

 

L’économie circulaire a ainsi la capacité de concourir à cette recherche de sobriété, de résilience et d’autonomie visée par la relance, en plus d’agir comme levier pour répondre à la crise écologique et climatique.

 

Dans le cadre de la crise écologique, sanitaire, sociale, de nombreuses personnes appellent à la transition vers l’économie circulaire. Dans ce webinaire, les intervenants ont creusé en intelligence collective les solutions et les pistes pour développer trois leviers de l’économie circulaire :

  • Les connaissances,
  • La coopération,
  • Les financements 

Au niveau des entreprises, Séverine Cachod et James Pédron ont montré que :

  • L’Économie de la fonctionnalité et la coopération (EFC) est un des leviers tant par l’offre et la demande pour produire des résultats efficients et opérer la transition écologique
  • La coopération est essentielle pour favoriser le dialogue entre entreprises et parties prenantes pour réfléchir ensemble à de nouveaux modèles économiques innovants et résilients.
  • Les solutions de financement bancaires, la reconnaissance fiscale des effets utiles de l’EFC et l’évaluation non-monétaire du capital immatériel doit faciliter la trajectoire des entreprises.

Au niveau des territoires, Elise Marcandella et Emeline Baume ont montré que :

  • Un territoire capacitant se construit en mettant à disposition le temps, l’espace et les financements pour permettre aux ressources de toutes ses parties prenantes de se rencontrer et de réfléchir ensemble à un nouveau modèle
  • De nouveaux indicateurs et métriques doivent se créer pour nous pousser vers un nouveau modèle, et non plus seulement vers la concurrence et la compétitivité
  • La commande publique, une TVA circulaire, les outils de l’ESS et la mesure de l’empreinte matérielle d’un territoire sont autant d’outils opérationnels pour mettre en œuvre l’économie circulaire.

POUR LA SUITE

En conclusion, les intervenants ont chacun retenu une proposition pour accélérer la transition vers l’économie circulaire :

  • Soutenir l’investissement des entreprises engagées dans la trajectoire vers de nouveaux modèles économiques pour amorcer la transition
  • Elargir la comptabilité pour prendre en compte les ressources immatérielles dans la manière d’évaluer les entreprises, et l’ensemble des valeurs et des effets induits qu’elles génèrent
  • Se donner les moyens de favoriser la coopération entre toutes les parties prenantes pour créer ensemble un nouveau référentiel de développement soutenable au sein du territoire, en allant vers une culture du risque qui permet l’innovation
  •  Passer la commande publique locale en analyse de vie à coût complet pour la rendre environnementalement responsable
  • Faire reconnaitre le rôle des organismes d’intermédiation. Sous statut associatif avec un modèle de financement extrême fragile, ils concourent néanmoins à l’intérêt général de par leurs missions sur l’économie circulaire dans les territoires, au service des acteurs et de la relance verte

 

Suivez nous