Relance verte et partenariats pour l’action. Lancement de la campagne. Synthèse

Session de clôture

Animé par Anne Girault, ex-DG de l’Agence Parisienne du Climat et rapporteure générale de la journée de la campagne Relance Verte

Avec la participation de :

  • Linda Profit, Présidente Nationale 2020 de La Jeune Chambre Economique Française (JCEF)
  • Samuel Mayer, Directeur du Pôle écoconception
  • Denis Cocconcelli, Directeur du CIRIDD
  • Vaia Tuuhia – Déléguée générale de l’association 4D
  • Jacques Huybrechts Fondateur du Parlement des Entrepreneurs d’avenir, fondateur du Réseau Entrepreneurs d’Avenir Dirigeant d’entreprises
  • Fabrice Bonnifet, Président du C3D et directeur développement durable Bouygues
  • François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône et Président de l’INEC
  • Christian Brodhag, Ancien Délégué Interministériel au Développement Durable, initiateur de la campagne Relance Verte, pour les prochaines étapes de la campagne Relance Verte

Linda Profit, Présidente Nationale 2020 de La Jeune Chambre Economique Française (JCEF), « incubateur de leaders citoyens » https://www.jcef.asso.fr/. Organisation présente sur tout le territoire et en lien avec un réseau international, la JCEF a placé cette année 2020 sous le thème : «  optimisons nos ressources en alliant développement économique et développement durable ». Afin de faire un diagnostic le plus large et le plus pertinent possible de la situation, un questionnaire co construit avec le pôle éco conception est en cours. L’objectif est de faire émerger de vrais projets. Le questionnaire est destiné aux 4,5 millions d’entreprises, à toutes les collectivités locales et aux 1,35 millions d’associations. Linda nous invite à le remplir et le partager. Les membres du réseau JCEF viennent d’univers différents et constatent qu’il y a encore un fossé entre la compréhension et l’action. Au moment où la jeunesse veut se saisir de ce sujet, la JCEF souhaite sortir de la confrontation entre politique et scientifique entre économie et environnement et être porteurs de passerelles et de solutions. Une belle ambition au service de la Relance Verte.

Samuel Mayer, directeur du pôle Ecoconception intervient en fin de journée pour rappeler en trois points importants la démarche et les outils du pôle au service de la Relance Verte https://www.eco-conception.fr/

  • Penser autrement : L’éco conception, c’est penser l’ensemble du cycle de vie du produit et accompagner l’entreprise dans les transformations que cela implique. Pour cela, le pôle Ecoconception travaille en partenariat avec l’ADEME. Chaque année, c’est plus de 2500 entreprises qui utilisent le site, 300 000 personnes qui sont sensibilisées. Dans le cadre de la campagne Relance Verte le pôle met à disposition toute une série de documents sur son site https://www.eco-conception.fr/articles/h/ecodesign-maturity-meter-ou-en-etes-vous.html
  • Faciliter l’accès à la connaissance, le pôle éco-conception a largement ouvert les ressources disponibles sur son site, les études de cas … Par exemple le magazine mygreenmag.info est disponible en libre accès
  • Se former : 19 modules sont en ligne https://www.eco-conception.fr/static/formations-en-ligne.html. L’accès à ces formations peuvent être financé dans le cadre des dispositifs COVID 19 – FNE formation

Pour conclure, le pôle éco conception a clairement montré son engagement et sa disponibilité pour permettre aux entrepreneurs de s’approprier ces exemples. N’hésitez pas !

 

Denis Cocconcelli, directeur du CIRIDD a rappelé qu’il existait déjà une connaissance large de tous les sujets du développement durable, notamment à travers les différentes plateformes collaboratives portées par le CIRIDD depuis plus de 20 ans. La session de clôture est l’occasion de mettre en avant l’importance du sujet de l’économie circulaire. Au sein du CIRIDD et en partenariat avec l’INEC (Institut National de l’Économie Circulaire) plus de 11 000 personnes ont rejoint le réseau social dédié en 5 ans et près de 1000 études de cas sont désormais disponibles https://www.economiecirculaire.org/. Toutes ces ressources sont là !

Il faut aller plus loin. Denis lance un appel pour franchir un nouveau cap, celui d’une solution open source et communautaire, afin de partager les données et la production de connaissances, qu’elles soient libres et ouvertes et permettent d’engager une généralisation et une diffusion de ces méthodes avec « dynamique et audace » dans l’intérêt général. Proposer un véritable partage des connaissances pour une plus grande intelligence collective autour de ces sujets, c’est l’appel du directeur du CIRIDD, porté par la campagne Relance Verte.

 

Vaia Tuuhia, déléguée générale de 4D inscrit résolument la campagne de la Relance Verte dans les ODD, les Objectifs de Développement Durable : « nous sommes dans un monde de transformation où il faut transformer la transformation » Pour avancer, deux pistes sont à suivre : bien sur les ODD mais aussi et surtout le facteur humain ! la relance verte doit savoir parler aux gens des gens. C’est d’ailleurs le sens du travail mené par 4D « Our life 21 » https://www.association4d.org/nos-actions/sensibilisation/our-life-21/, où les solidarités, les accélérations des changements de modes de vie touchent au sensible, à l’irrationnel. 

Pour conclure sur cette vision de l’intelligence collective, Vaia propose une démarche en 5P : Projection pour se mettre en capacité de dessiner collectivement l’avenir, Pragmatisme pour proposer des analyses et des solutions adaptées en fonction des territoires et des personnes,  Psychologie du moment en particulier pour assurer l’indispensable mobilisation dans une période de grande incertitude, Paix pour donner la confiance, instaurer de la bienveillance et de l’écoute, Plaisir afin de faire croitre la culture, la joie et le partage des moments ensemble. Une vraie grille de lecture pour le monde de demain et l’action.

 

Jacques Huybrechts Fondateur du Parlement des Entrepreneurs d’avenir, fondateur du Réseau Entrepreneurs d’Avenir et dirigeant d’entreprise nous invite à visiter le site des Entrepreneurs d’Avenir et à nous inspirer du manifeste pour refonder le progrès. Le manifeste est en ligne depuis janvier dernier http://www.entrepreneursdavenir.com/signez-manifeste-pour-refonder-progres/.

10 ans après la crise financière, pour Jacques Huybrecht, il y a des progrès réels et la loi PACTE en est une excellente démonstration avec la « raison d’être » et les entreprises à mission. Mais 10 ans après, il faut franchir une nouvelle étape : s’inscrire dans un nouveau projet de civilisation et refonder le progrès. Le manifeste propose le cadre de réflexion et d’action pour cela. Un projet quasi politique pour replacer la finance et l’économie à leurs places et relier la société, Relier la Société, la science, les techniques… l’Humanité avec le vivant. La formation des jeunes générations à ces enjeux est essentielle et l’entreprise y jouera pleinement son rôle. Un chantier de la Relance Verte.

Fabrice Bonnifet, Président du C3D http://www.cddd.fr/ et directeur développement durable Bouygues. Le C3D, Collège des Directeurs du Développement durable, regroupe des responsables RSE ou du développement durable de plus de 150 entreprises de toutes catégories, dont la mission est d’être l’association de référence des acteurs qui œuvrent pour des entreprises plus responsables. Quatre points en évidence :

  1. Aligner sa stratégie sur les faits scientifiques,
  2. Définir sa raison d’être, la loi Pacte est une bonne loi, elle oblige l’entreprise à se poser deux questions : qu’est ce qui manquerait à l’humanité si mon entreprise n’existait pas, en quoi elle est originale et elle apporte à l’humanité et qu’est ce qui irait mieux si mon entreprise n’existait pas, c’est-à-dire identifier clairement les externalités négatives de l’entreprise et les traiter
  3. Changer le modèle d’affaires. 99% des entreprises fonctionnent sur un modèle linéaire, il faut le changer pour un modèle circulaire qui laisse plus de place à la valeur d’usage. Cela ne va pas de soi car la plupart des entreprises n’ont pas compris comment cela fonctionnait. Pour cela, il faut changer le système comptable de l’entreprise pour évaluer la réalité de la performance. C’est un travail très important pour le C3D dans les années qui viennent. Il y a des méthodes robustes qui existent, elles sont à tester et à faire accepter par les parties prenantes.
  4. Le système de management, il va falloir faire évoluer le management, libérer « les salariés » pour les sortir du carcan de la culture de la défiance, éliminer les pratiques de management par la peur et instaurer la confiance comme marqueur principal des relations entre parties prenantes.

Des principes que le C3D souhaite promouvoir au sein de ces entreprises et progressivement plus largement.  L’objectif est que les entreprises continuent à produire de la valeur mais avec beaucoup moins d’impact négatif et plus de frugalité :  essentiel pour réussir la transition et faire face au défi climatique qui sublime tous les autres.

 

François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône et Président de l’INEC https://institut-economie-circulaire.fr/. L’INEC rassemble des entreprises qui viennent porter des approches novatrices par rapport à l’économie circulaire et trouver ainsi un nouveau modèle pour répondre aux limites de notre planète. La crise de la COVID 19 a montré que nous pouvions nous dépasser mais nous devons aller plus loin. Quand nous aurons épuisé toutes nos ressources, notre biodiversité, les entreprises seront les premières concernées et pour cela, il y a des innovations majeures à inventer. Quatre leviers plus un :

  1. Inverser la fiscalité, baisser la fiscalité qui pèse sur l’humain et l’augmenter sur ce qui pèse sur la ressource
  2. Agir par la règlementation pour arrêter les modèles de gaspillage et ainsi obliger à innover dans d’autres modèles
  3. Changer le modèle de la comptabilité, disposer d’un modèle de comptabilité intégré. C’est une expérience engagée avec une dizaine d’entreprises Inciter par exemple par achats publics, les labels de bonne pratique
  4. Changer les compétences et les comportements, une entreprise qui n’aura pas changé ses compétences en interne sera bloquée et ne trouvera pas son marché

Et plus un – le cinquième levier : il nous faut une démarche démocratique, une acceptation globale, un partage au-delà de notre périmètre européen au minima. C’est une stratégie globale de transformation qui prendra du temps et qui se fera avec les entreprises.

Conclusion de la journée par Christian Brodhag

Nous arrivons au terme de cette journée « Relance verte, comprendre et agir tous ensemble », qui fut particulière intense et riche. Je remercie tous les participants, les intervenants et les organisations qui se sont mobilisés, sans oublier la vingtaine de dirigeants des collectifs d’acteurs partenaires de la campagne, qui ont participé au comité de pilotage de l’organisation de cette journée de lancement.

Je remercie aussi l’équipe restreinte à mes côtés qui a mis en œuvre ce projet et nous a permis de le monter en quelques semaines, ce fut un vrai challenge :

  • Sylvianne Villaudière, qui a assuré la coordination générale,
  • Anne Girault qui a pris en en charge le rapport général,
  • Samuel Mayer qui a pris en charge les opérations et l’équipe du Pôle écoconception Nadège Vanlierde et Clémence Bachelier, et enfin
  • Florent Breuil qui a créé et animé le magnifique site Internet : www.relanceverte.fr

Pour conclure, je souhaite partager quatre pistes de développement de l’initiative.

La première est d’étendre et d’approfondir le partenariat dans ce collectif d’acteurs :

Nous réunissons déjà une quinzaine d’organisations majeures qui ont l’expérience de la mobilisation des acteurs et du partage des connaissances sur les questions de développement durable, d’autres sont en train de nous rejoindre et nous en sommes heureux. Nous souhaitons agir solidement avec les collectifs d’acteurs les plus experts.

Nous sommes également en train d’être rejoins par des organisations généralistes qui souhaitent engager des actions spécifiques sur le développement durable et l’économie verte. Ces organisations peuvent être nationales ou régionales.

Ce partenariat permettra ainsi des coopérations entre des organisations qui disposent de connaissances et celle qui disposent de réseau fin sur le territoire pour entrainer l’ensemble du tissu économique.

Le deuxième qui s’adosse à ce réseau est celle d’un programme d’intelligence collective et de renforcement de capacité, c’est-à-dire d’organiser la sensibilisation, la formation, l’évaluation des solutions, les échanges d’expériences et la diffusion des solutions. Ce programme permettra le développent d’outils et de méthodes partagées, et de mutualiser le développement d’une plateforme logicielle libre, qui permette d’organiser la mise en réseau des acteurs, le partage des connaissances et des expériences liées aux solutions.

La troisième piste est la communication pour la relance verte, tant vis-à-vis des pouvoirs publics, que des médias et des citoyens. Cette communication vise à justifier la nécessité de la relance verte, la réalité des solutions existantes et la capacité des entrepreneurs à les développer et créer des emplois. Et vis-à-vis des pouvoirs publics de faire valoir les obstacles et les difficultés rencontrées et les leviers à mobiliser.

Enfin la quatrième piste est la mobilisation et l’engagement des entrepreneurs eux-mêmes. Elle s’incarnera par un appel que vous trouvez sur le site et que nous vous invitons à signer et relayer.

Rendez-vous sur le site et sur les réseaux sociaux pour l’actualité de la campagne www.relanceverte.fr

Suivez nous